vendredi 10 septembre 2021

Je voterai pour Jean Marc Governatori

 

Aux primaires écologistes de septembre, je voterai pour Jean Marc Governatori. Voilà une personne que je connais depuis plus de 20 ans. A l’époque, j’étais éditorialiste pour la revue Plantes & Santé, et Mr Governatori avait souhaité me rencontrer à la lecture de mon éditorial qui s’intitulait « qu’est-ce qu’on attend ? »

Depuis ce temps là… aussi bien de nulle part que de partout, rien n’a bougé… Rien n’a bougé dans les proportions qui auraient dues être appliquées. Prenons l’exemple du problème n°1 : la lutte contre le changement climatique. La solution ? Commençons par ne plus manger de viande ! Si l’Humain cessait de manger de la viande dès aujourd’hui, et à 100 %, le problème du réchauffement climatique serait résolu… Ce n’est pas moi qui le dis, ce sont des experts…

Dans la « belle » famille politique française (évidemment, je suis cynique), que j’observe depuis bien longtemps, qui est végétarien ? qui n’a pas peur de le dire ? qui place l’équation santé + condition animale + environnement en tête des démarches d’urgence à mener ? Je n’en connais qu’un, et il s’appelle Jean Marc Governatori.

Mais ce pôvre Jean Marc, mais il gène ! Il nous em… Il fait ch… de dire des choses qui vont à l’encontre de notre confort…

 

Comment qualifier cet homme exceptionnel ?

  • C’est un démocrate convaincu. Voilà pour la méthode de travail. Mais sa démarche écologiste est une priorité. Ça, c’est pour la direction à suivre.
  • Il est à l’écoute et sait se remettre en cause. Une qualité rare.
  • Il est altruiste (c’est le contraire d’égoïste pour rappel !). On peut pas en dire autant de notre président actuel…
  • Il a de l’empathie pour le Vivant. Peut-on dire la même chose du banquier qui nous gouverne aujourd’hui ?
  • Mais surtout, face à Mr Macron, sa grande différence, c’est son honnêteté : jamais il ne vous dira que nous sommes en guerre, jamais il n’abolira le droit à l’instruction en famille, jamais il n’obligera à l’obligation vaccinale (pour rappel : 11 vaccins sont obligatoires pour nos enfants…)

Nul doute que si Mr Governatori se retrouve à l’Élysée, nous aurons enfin des changements notables : une VRAIE politique de prévention de la santé, l’arrêt des logiques polluantes, proportionnelle, 6e république, …

Je vous invite, si vous souhaitez un changement de politique nationale, à vous inscrire sur le site https://primaire.neovote.com pour aller voter aux primaires écologistes. Il y a urgence, les inscriptions sont jusqu’à demain… Choisissez qui vous semble le ou la mieux. Pour ma part, et bien que ce soit un homme (j’aurais tellement aimé voter pour une femme !!!), mon choix est fait. Il vous en coûtera deux euros... (j'en suis désolé)...

Si vous voulez en savoir plus sur son programme, vous trouverez toutes les infos sur lui ici :

www.alliance-ecologiste-independante.com

www.capecologie.fr

mardi 27 avril 2021

Les probiotiques, ça devrait être SYS TE MA TIQUE !

 

Voici un courrier que j’ai adressé ce jour à Mme Bénédicte Taurine, députée de la 1ere circonscription de l’Ariège.

Je vous invite, si le cœur vous en dit, à adresser une copie de ce courrier à votre député. Les 350 entreprises françaises du complément alimentaire qui travaillent sur le territoire français sont réparties tellement partout qu’il y a fort à parier que votre député pourrait rencontrer une TPE concernée par ce sujet dans sa circonscription.

 

A Mme la Députée Bénédicte Taurine,

1ère circonscription de l’Ariège

le 27 avril 2021 

 

Objet : Développement de la filière des compléments alimentaires et soutien aux entreprises de votre circonscription

 

Madame la Députée,

Je dirige l’entreprise Natura Mundi située sur votre circonscription et spécialisée dans la production de compléments alimentaires. Notre entreprise emploie 7 personnes et existe depuis bientôt 20 ans.

Comme vous le savez, le complément alimentaire est un produit de santé naturelle qui contribue à entretenir la santé de la population. Il permet de soulager de nombreux inconforts du quotidien et de prévenir certains facteurs de risques de maladies.

Il s’agit d’un marché en croissance constante depuis plusieurs années, les Français étant de plus en plus nombreux à avoir intégré les compléments alimentaires dans leurs habitudes de consommation. En France, il existe ainsi près de 350 entreprises présentes sur l’ensemble du territoire, qui représentent 16 000 emplois.

Pourtant, le marché français, en comparaison à d’autres pays européens reste largement en retard. Ce retard est pour partie imputable à un manque d’harmonisation à l’échelle européenne des règlementations en vigueur.

C’est notamment le cas en ce qui concerne l’utilisation du terme « probiotiques » sur nos produits. En effet, les autorités françaises et européennes interdisent l’utilisation du terme « probiotiques » en considérant qu’il s’agit d’une allégation de santé et que son utilisation doit donc être soumise à une autorisation de la Commission européenne après avis de l'EFSA. En France, les fabricants de produits à base de probiotiques peuvent donc uniquement faire figurer sur leur emballage le nom des souches des probiotiques incorporés, dont la dénomination extrêmement complexe nuit à l’information du consommateur.

Plusieurs pays européens ont cependant une interprétation différente en la matière et autorisent ou tolèrent l’utilisation du terme probiotique. C’est notamment le cas de l’Italie, de l’Espagne, de la Bulgarie et de la Pologne. Les Pays-Bas vont même jusqu’à rendre cette mention obligatoire considérant qu’il s’agit du nom d’une catégorie d’ingrédients. Cette différence d’appréciation participe à affaiblir les entreprises françaises qui sont en comparaison moins armées pour s’exporter sur des marchés étrangers.

Cela pénalise également les entreprises françaises comme la nôtre dans leur capacité à se développer, à investir, et à créer des emplois. Autoriser les industriels à employer le terme de probiotiques permettrait d’améliorer l’information des consommateurs et de dynamiser la filière française des probiotiques. Des dizaines d’entreprises comme la nôtre verraient ainsi leur marché se développer avec à la clé des possibilités d’investir et de participer au développement économique du territoire.

Aussi, nous nous permettons de solliciter aujourd’hui votre action auprès du Gouvernement afin de faire évoluer la position des autorités françaises en la matière. Votre soutien serait extrêmement précieux pour le développement de notre entreprise ainsi que pour celui de la filière des compléments alimentaires de manière générale.

Madame la Députée, je suis à votre entière disposition et serais ravi de vous accueillir au sein de notre site de fabrication afin de vous présenter plus en détail notre activité.

Le syndicat professionnel, Synadiet, est également à votre disposition sur le sujet. Vous pouvez les contacter à l’adresse suivante : c.guignier@synadiet.org.

 

Je vous prie d’agréer, Madame la Députée, ma plus haute considération.

 

Jean-François Astier