mercredi 5 novembre 2014

Alternatif Bien-être n°99 - Décembre 2014

Qui sont les vrais « professionnels de santé »…

Le 30 septembre dernier, quelle ne fut pas ma surprise de voir manifester des pharmaciens en colère devant mon herboristerie de Toulouse ! Leurs pancartes « Pharmacies en danger = votre santé en danger ! » m’a interpellé… Depuis quand les pharmaciens s’occupent-ils de notre santé ?

Professionnels du médicament

Vous avez une maladie diagnostiquée par un médecin ? Les pharmaciens sont des gens très compétents et bien formés. Ils seront les meilleurs pour vous aider à bénéficier au mieux de votre prescription médicale. Ils connaissent l’action des médicaments, leurs contre-indications et vous conseillent pour ne pas commettre d’impair. C’est bien sûr très important car les médicaments peuvent facilement être dangereux, surtout lorsqu’ils sont mal employés.

Aujourd’hui, ce qui met en colère nos pharmaciens, c’est le projet de loi « croissance et pouvoir d’achat » de notre ministre de l’économie qui vise, entre autre, à ouvrir la vente des médicaments aux grandes surfaces. C’est un coup dur pour leur part de marché qui ne sera plus protégée par le monopole pharmaceutique, au moins sur les médicaments non soumis à la prescription médicale. Reste à savoir si acheter du Doliprane® ou du Spasfon® est plus dangereux chez Leclerc qu’en pharmacie… Je n’en suis pas sûr. Toujours est-il que le pharmacien est bien un professionnel du médicament et non de la santé.

Quid des professionnels de la santé ?

Appelons un chat, un chat. Et la santé, la santé… Avez-vous déjà rencontré un médecin, en consultation, qui vous explique comment bien digérer ? Avez-vous déjà vu votre médecin prendre 10  minutes de son temps pour vous donner des conseils simples pour mieux dormir ? Avez-vous déjà essayé de prendre un rendez-vous avec votre médecin traitant pour qu’il vous explique comment vivre mieux et plus longtemps avec quelques compléments alimentaires ? Sauf si vous êtes tombé sur la perle rare, la réponse est non. Le médecin est un professionnel de la maladie. Il intervient en cas de mauvaise santé et prescrit des remèdes qu’un professionnel du médicament vous remettra dans une pharmacie, du moins pour l’instant.
Lorsqu’on veut anticiper la maladie, être en forme, faire un drainage printanier ou retarder son vieillissement, on ne consulte pas un médecin. On s’informe, on fait un bilan chez un naturopathe, on va voir son conseiller de santé ou son herboriste. Les voilà les vrais professionnels de santé !

Hippocrate, un modèle bien galvaudé

Dans la pratique médicale moderne, on a vite oublié les grands percepts d’Hippocrate comme « primum non nocere » (d’abord ne pas nuire) ou « vis medicatrix naturae » (la nature est guérisseuse). Ces concepts ne trouvent plus leur place dans les cabinets médicaux. Par contre, ils sont le socle fondateur de la naturopathie qui a gardé l’approche globale et causaliste de ce grand homme. Sa théorie des humeurs, la naturopathie en a aussi fait sienne. Elle considère que l’équilibre des liquides du corps, la lymphe, le sang et les liquides intra et extra cellulaires, est garant d’une bonne santé. Une théorie qui a pu s’enrichir par les connaissances modernes de la physiologie.

Du chat et de la souris…

Mais ne tombons pas dans le piège d’un clivage inutile. Mon discours n’a pas vocation de donner raison aux uns plutôt qu’aux autres. Qu’on s’occupe de la santé ou de la maladie, on est la plupart du temps bien intentionné, et la volonté commune est le bien-être du patient ou client. Mais pour s’adresser au bon professionnel il est primordial de redéfinir qui s’occupe de quoi !

Le médecin et le pharmacien s’occupent de vous lorsque vous êtes en mauvaise santé. Et ils ont l’arsenal pour ça. Par contre, si vous souhaitez conserver votre bonne santé ou stimuler vos défenses pour éloigner les problèmes, alors tournez-vous vers des professionnels de la vraie santé : un herboriste, un naturopathe, un médecin chinois, un sophrologue, un psychothérapeute, un praticien en médecine ayurvédique, la liste est longue est adaptée à toutes les demandes.

Amis pharmaciens,  changez votre slogan. Dites plutôt « pharmacies en danger = votre maladie en danger ». Ce sera beaucoup plus parlant et un chat restera un chat. Sinon, que deviendrait le jeu du chat et de la souris…


Jean-François Astier

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire